Swiss-PEP

Aqua Alimenta a choisi la pompe à pédales actionnée mécaniquement swiss-PEP pour le transport facilité de l’eau. C’est la pierre angulaire de l’installation, qui facilite le transport entre le point d’eau et le champ tout en déchargeant les utilisateurs de portages longs et pénibles au moyen de seaux.

Des milliers de petits paysans et paysannes l’utilisent

À travers le monde, des milliers de familles de petits paysans utilisent la swiss-PEP pour arroser leurs jardins potagers.

De fabrication locale et réparable par les utilisateurs eux-mêmes

Après avoir été soigneusement formés sur place, des artisans indigènes fabriquent eux-mêmes la pompe avec des matériaux locaux. Une pompe conçue de manière à ce que le plus grand nombre possible de ses parties puisse être réparé ou remplacé par les paysans eux-mêmes.

Efficace!

Il est possible de pomper 60 litres d’eau, en pédalant pendant une minute à une vitesse qui produit l’équivalent de 50 watts et à une profondeur de trois mètres, dans des puits, des ri-vières, des lacs, des étangs et d’autres points d’eau encore. Les expériences de ces der-nières années prouvent que les familles utilisatrices d’une pompe à pédales peuvent aug-menter leurs récoltes tout en économisant du temps consacré à l’irrigation.

Une construction simple et robuste

La pompe à pédales est formée de deux parties fabriquées en ciment, la pompe et son sup-port. La pompe proprement dite est équipée de deux cylindres moulus en PVC, de pistons, de soupapes et d’une conduite d’aspiration. Les parties métalliques du support servent à protéger les deux pédales. Le mouvement des cylindres permet à l’eau de passer de la source par-dessus la conduite d’aspiration.

La swiss-PEP est au point tant sur le plan technique qu’ergonomique. Elle a fait ses preuves à longueur d’année dans des champs. Elle a aussi été contrôlée scientifiquement et a été distinguée par la Haute école de technique et d’architecture (Hochschule für Technik und Architektur) de Lucerne.

Principe de fonctionnement

L’eau est pompée par dépression entre une source disponible et la pompe swiss-PEP dans laquelle elle est transportée par un mécanisme ingénieux vers le système d’irrigation et ar-rose le champ grâce au pompage.

Le principe de fonctionnement interne de la pompe est aussi ingénieux que simple. La double fonction des deux pistons n’est à nulle autre pareille. Les pistons servent d’une part de soupape pour le reflux de l’eau se trouvant à l’intérieur de la pompe, de l’autre ils fonc-tionnent comme un joint pour empêcher que l’eau pompée dans la moitié supérieure du cy-lindre ne soit refoulée, permettant finalement son transport vers l’avant. Pour ce faire, les pistons sont entourés d’un boyau annelé qui est en suspension et se déplace selon la direc-tion du mouvement. Lorsque les pistons poussent vers le haut, l’eau passe; lorsqu’ils pous-sent vers le bas, ils ferment l’accès vers le bas.

Coupe transversale du bloc-cylindres

Indication: en pédalant, les pistons se meuvent en contre-rotations, cependant le fonction-nement est le même pour les deux moitiés de cylindre.

 

Mouvement du piston vers le bas

Lors du mouvement arrière du piston, soit vers le bas, la pression du boyau en suspension se déplace vers la partie supérieure bordant le piston et permet ainsi à l’eau de s’écouler dans la partie supérieure du cylindre.

La pression vers le bas permet simultanément que la simple soupape d’admission, fixée au bord inférieur du cylindre et qui est formée d’une pièce flottante du tapis en caoutchouc, soit pressée contre l’ouverture d’entrée, ce qui empêche l’eau une fois entrée d’être refoulée.

Mouvement du piston vers le haut

Par contre, lors du mouvement du piston vers le haut, le boyau annelé se ferme. L’eau de la moitié supérieure du cylindre est alors pompée vers le système d’irrigation qui arrose le champ. Simultanément, la pression sur le support en caoutchouc, à la base du cylindre, di-minue et l’eau peut ainsi passer de la conduite d’aspiration au cylindre.

Du prototype à la swiss-PEP, grâce à des ingénieurs engagés

Le prototype de la swiss-PEP a été conçu fin 1993 par l’ingénieur créatif André Zumstein. Le dilemme, pour lui et le petit groupe de participants au projet, consistait en une seule pompe de petite irrigation, en Inde, pour 700 millions d’agriculteurs sous-alimentés.

Il fallait simplement fabriquer un prototype inoxydable, résistant et entièrement mécanique. La tâche n’était pas aisée, mais le groupe engagé s’y est attelé, et avec succès. La swiss-PEP compte maintenant de longues années d’utilisation aux champs et elle est technique-ment et ergonomiquement au point. Elle a passé des tests scientifiques et a été distinguée par la Haute école de technique et d’architecture (Hochschule für Technik und Architektur) de Lucerne.

 

Chiffres et faits

Swiss-PEP

  • Fabriquée avec des matériaux disponibles sur place, avantageuse.
  • Réparable par les petits paysans eux-mêmes.
  • Installée à plus de 15 000 exemplaires dans le monde, sur des parcelles appartenant à de petits paysans, au cours de ces 17 dernières années.
  • BIl est possible de pomper environ 60 litres d’eau, en pédalant pendant une minute à une vi-tesse qui produit l’équivalent de 50 watts, à une profondeur de trois mètres, dans des puits, des rivières, des lacs, des étangs et d’autres points d’eau encore.
  • Permet aux petits paysans et petites paysannes d’économiser plusieurs heures de temps d’irrigation par semaine en diminuant la durée du transport de l’eau.
  • Rend possible l’agrandissement des surfaces cultivées par les petits paysans et petites pay-sannes et facilite aussi un meilleur rendement par parcelle.

Régions de projets